vendredi, mai 27, 2022

une expo-vente organisée à Tonnerre pour aider des écoles d’Haïti

Jusqu’au 22 août prochain, l’Espace Marland à Tonnerre dans l’Yonne accueille une exposition de vente de toiles d’artistes haïtiens. Les bénéfices seront versés à des écoles d’Haïti, une semaine après le séisme qui a touché le pays.

Alors qu’un violent séisme de magnitude 7,2 a touché Haïti, le 14 aout dernier, une exposition dédiée à l’art haïtien est organisée à Tonnerre dans l’Yonne. Jusqu’au dimanche 22 août, l’Espace Marland de la ville icaunaise accueille une soixantaine de toiles d’artistes originaires du pays. Le public est invité à les acheter. Les bénéfices de ces ventes seront reversés à deux écoles situées dans les villes de Jacmel et Port-au-Prince.

Ces tableaux sont exposés à l’Espace Marland de Tonnerre

© Bamba Gueye/ France Télévisions

Cette exposition a lieu tous les deux ans et c’est l’APAM (Association pour la Promotion de l’éducation par la diffusion des Arts du Monde) qui l’organise. Ses membres se rendent régulièrement à Haïti pour acheter des peintures et des sculptures à des artistes. Après leur retour en France, les bénévoles de l’association organisent des expositions-ventes, dont les revenus sont envoyés pour soutenir les écoles du pays. « On peut assurer au moins un repas par jour et par élève », nous explique Bernard Clément, bénévole pour l’APAM âgé de 70 ans.

C’est l’APAM (Association pour la Promotion de l’éducation par la diffusion des Arts du Monde) qui se charge de la vente de ces tableaux.

© Bamba Gueye/ France Télévisions

Cette exposition biennale se place dans un contexte difficile pour Haïti. Entre l’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet 2021, la crise sanitaire et le séisme de magnitude 7,2  qui a fait plus de 1 900 morts, le pays vit une situation éprouvante. « Tous ces évènements rappellent que c’est un pays extrêmement fragile et qu’il faut faire absolument quelque chose pour aider les enfants », rappelle Bernard Clément.

À travers le dispositif organisé à Tonnerre, c’est la peinture haïtienne qui est mise en avant. Un art découvert après la Seconde Guerre mondiale. « C’est une peinture assez spontanée. Si vous voyez des paysages extrêmement verdoyants et remplis de fleurs, il faut s’imaginer qu’en Haïti, ça n’existe pas. C’est uniquement dans l’esprit des peintres que c’est créé », décrit le bénévole de l’Apam.

Pour s’acheter des toiles de cet art coloré et imaginatif, il faut débourser entre 60 et 200 euros.

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.