mardi, août 9, 2022

un jury glamour avec Mélanie Laurent, Tahar Rahim et… Mylène Farmer

Deux actrices-réalisatrices, deux acteurs, trois cinéastes et… une star de la pop composeront le jury de cette 74e édition, qui se déroulera du 6 au 17 juillet. Sous la présidence de Spike Lee, les huit membres, à majorité féminin, devront départager vingt-quatre films.

La surprise du chef, annoncée ce jeudi 24 juin, c’est la présence de Mylène Farmer. La chanteuse de Sans contrefaçon et de Désenchantée a été choisie, dixit le festival, parce que « son univers musical est indissociable du monde de l’image et du cinéma qui la fascine depuis toujours » avec des clips « conçus comme de véritables films courts » par des grands noms comme Abel Ferrara, Luc Besson ou Olivier Dahan. Mylène Farmer a également été actrice pour, entre autres, Ghostland, le film d’horreur de Pascal Laugier, en 2018.

À ses côtés siègeront Maggie Gyllenhaal et Mélanie Laurent, deux comédiennes passées derrière la caméra. L’Américaine, révélée par La Secrétaire en 2002 et admirée récemment pour son interprétation d’une prostituée dans la série The Deuce (2017-2019), prépare la mise en scène de son premier long métrage, The Lost Daughter. La Française, qui avait monté les marches en 2009 pour la présentation en compétition de Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino, a déjà réalisé six films, dont deux aux États-Unis, Galveston et The Nightingale, encore inédit, sans compter le documentaire écologique à succès Demain, co-signé par Cyril Dion en 2015. Le dernier en date, Le Bal des folles, sera distribué sur la plateforme Prime Video en septembre.

Cinéma d’auteur audacieux et radical

Les trois autres cinéastes choisis par le délégué général du festival de Cannes, Thierry Frémaux, et son président Pierre Lescure, représentent le cinéma d’auteur dans ce qu’il a de plus audacieux, sinon de radical. On peut même voir une décision politique dans l’invitation faite au Brésilien Kleber Mendonça Filho, dont deux des trois films ont été sélectionnés en compétition à Cannes (Aquarius en 2016, Bacurau, prix du Jury, en 2019) : un soutien fort pour ce réalisateur engagé, victime, comme de nombreux artistes brésiliens, de la politique anticulturelle du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Festival de Cannes 2021 : Nanni Moretti, Wes Anderson, Jacques Audiard… un grand cru s’annonce Cécile Mury 4 minutes à lire

Ses collègues jurées, la Franco-Sénégalaise Mati Diop et l’Autrichienne Jessica Hausner ont eu, elles aussi, les honneurs de la compétition il y a deux ans : la première, qui vit et travaille entre Paris et Dakar, avait reçu le Grand Prix pour son premier long métrage, Atlantique; la seconde, sélectionnée auparavant à Un certain regard pour Lovely Rita (2001), Hotel (2004) et Amour fou (2014), avait présenté l’étrange fable futuriste Little Joe, qui avait permis à son actrice principale, Emily Beecham de recevoir le Prix d’interprétation féminine.

Des habitués de Cannes

Les deux acteurs du jury sont, eux aussi, des habitués de Cannes. C’est même sur la Croisette que Tahar Rahim a été révélé lors de la présentation de Un prophète, de Jacques Audiard (Grand Prix 2009), film pour lequel il a obtenu deux César d’un coup (meilleur espoir masculin et meilleur acteur). Le Coréen Song Kang-ho, superstar dans son pays où il alterne avec brio blockbusters et cinéma d’auteur, est venu au festival pour The Host (Bong Joon-ho, 2006), Secret Sunshine (Lee Chang-dong, 2007), Thirst, ceci est mon sang (Park Chan-wook, 2009) et, surtout, pour Parasite (Bong Joon-ho), la Palme d’or de l’édition précédente.

Les huit jurés et leur président auront davantage de travail que leurs prédécesseurs : vingt-quatre films concourent cette année pour la Palme d’or…

Festival de Cannes, J-12 : Tilda Swinton, à l’affiche de “Memoria” et de “The French Dispatch”, en compétition Anne Dessuant 3 minutes à lire Festival de Cannes, J-13 : “The French Dispatch”, la fantaisie française de Wes Anderson Cécile Mury 1 minute à lire Festival de Cannes, J-14 : André Dussollier, à l’affiche de “Tout s’est bien passé”, en compétition Guillemette Odicino 4 minutes à lire Festival de Cannes, J-15 : “Benedetta”, la nouvelle provocation de Paul Verhoeven Marie Sauvion 1 minute à lire

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.