vendredi, août 19, 2022

“The Sheep Song”, le sens du bétail

CHRONIQUE D’AVIGNON – Le collectif belge FC Bergman livre un spectacle déroutant sur le périlleux chemin qui attend celui qui souhaite sortir du troupeau. Au risque d’instruire un discours conservateur.

Théâtre de pure image, parabole animalière de style médiéval et d’inspiration chrétienne… En ce dernier tiers de festival, les formes enfin se bousculent, et les créations se chahutent. On découvre des inspirations nouvelles. Les troupes venues d’ailleurs – après l’Italie d’Emma Dante, la Belgique de FC Bergman – nous apportent un vent nouveau…

Pourtant c’est plutôt les vieux maîtres flamands – de Brueghel à Bosch – qui semblent avoir inspiré ici le collectif né à Anvers en 2008. Mais le FC Bergman les a re-façonnés, remodulés à leur sauce onirique, dans une pénombre inquiétante et propre à tous les songes.

Quand commence The Sheep song, un troupeau de quelques vrais moutons, craintifs, se devine sur le plateau. L’un d’eux s’en détache, plus grand, plus costaud. Au fil d’une longue métamorphose, ce mouton-là va s’acharner à devenir humain, parce que ne lui suffit son trop grégaire destin.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.