quand les voisins deviennent des assassins

En fouillant les archives, l’historien Jérémie Foa a reconstitué quasiment heure par heure le massacre de la Saint-Barthélemy, en août 1572. Une tuerie plus organisée et moins populaire qu’on ne le pensait, explique-t-il.

C’est l’un des épisodes des guerres de Religion les plus meurtriers en France. Au matin du 24 août 1572, le massacre de la Saint-Barthélemy contre les protestants commence et, en quelques jours, fera plus de trois mille morts à Paris. Hommes, femmes, enfants sont tués, démembrés et jetés à la fosse ou dans la Seine. Cette histoire, connue dans ses grandes lignes politiques, a désormais des noms et des visages. L’historien Jérémie Foa, en compulsant les archives, notamment notariales, a exhumé l’identité et les métiers des tueurs comme des victimes, restituant presque heure par heure le déroulement du massacre. Une histoire au ras du sol, au ras du sang, qui contredit la légende d’une révolte populaire incontrôlée. Après des siècles d’anonymat, cette passionnante enquête redonne une réalité à cette tragédie dont le Paris d’aujourd’hui a effacé les traces.

Comment situer ces journées de la Saint-Barthélemy dans la chaîne des guerres de Religion ?
Depuis 1562, malgré les édits de pacification qui devaient permettre aux protestants de pratiquer leur religion, l’état de tension semble permanent et encourager les persécutions légales. L’édit de janvier 1562 et l’édit d’Amboise en 1563, qui accordent liberté de conscience et de culte aux protestants, ne mettent pas un terme aux conflits ; ils en transforment les modalités. Au cours de la décennie 1562-1572, les huguenots sont victimes de violences physiques, mais aussi symboliques. Les catholiques mènent alors une guérilla judiciaire pour éloigner au maximum les temples huguenots des centres, pour déplacer leurs cimetières, pour priver les protestants de représentation dans les hôtels de ville.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.