l’organisation américaine Time’s Up a-t-elle déjà fait son temps ?

Quelques mois après l’affaire Weinstein, trois cents personnalités de Hollywood lançaient Time’s Up pour lutter contre le sexisme. Aujourd’hui, l’organisation est rincée et discréditée. Retour sur quatre années mouvementées.

1er janvier 2018. Trois cents femmes influentes de Hollywood, du théâtre et des médias (Reese Witherspoon, Eva Longoria ou encore la productrice Shonda Rhimes…) annonçaient, dans une lettre publiée dans plusieurs journaux, le lancement d’un mouvement de lutte contre le harcèlement sexuel et les inégalités femmes-hommes dans le showbiz et toute la société américaine. Quelques jours plus tard, plusieurs stars arboraient des pin’s Time’s Up (le temps est écoulé) sur le tapis des Golden Globes.

Près de quatre ans ont passé. Et l’association du même nom, née de ce ras-le-bol, est mal en point. Sa directrice, Tina Tchen, est accusée d’avoir conseillé l’équipe du gouverneur de New York, Andrew Cuomo, confronté à des plaintes d’abus sexuels. Elle a même exigé qu’un communiqué de soutien à sa première accusatrice ne soit pas envoyé. Elle a finalement démissionné en août, quelques jours après l’élu démocrate.

La semaine dernière, le groupe a annoncé une restructuration complète de ses activités. La quasi-totalité de son personnel a été licencié, et le conseil d’administration, réduit à quatre personnes. « Nous repartons de zéro, nous ne battons pas en retraite », promettent les administrateurs dans un message sur le site. Aucun n’a répondu favorablement à nos demandes d’entretien.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
  • Désabonnement simple

Recent Articles

spot_img

Related Stories

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Stay on op - Ge the daily news in your inbox