dimanche, août 7, 2022

“Les Olympiades” de Jacques Audiard, ou les beaux fragments du discours amoureux 

COMPÉTITION – Un quatuor de trentenaires parisiens évoluent au rythme de leurs sentiments au milieu des tours du treizième arrondissement de Paris. Un Audiard inattendu et bienvenu dans le registre de la comédie sentimentale, qui dessine avec douceur une carte du tendre contemporaine à découvrir en salles le 3 novembre 2021.

Le noir et blanc satiné, des jeunes femmes au premier plan, du sexe : la bande-annonce du dernier film très attendu de Jacques Audiard, dévoilée juste avant sa présentation à Cannes, laissait augurer de la nouveauté. Neuf, Les Olympiades l’est de fait, au moins pour une raison : il n’est plus question de cette malédiction de la violence, insistante et dominante depuis Regarde les hommes tomber jusqu’aux Frères Sisters. La présence conjuguée de Céline Sciamma et de Léa Mysius, coscénaristes avec Audiard, explique sans doute ce changement de regard. On peut en tout cas parler d’apaisement et de douceur, dans ce mélange de marivaudage et de chronique autour d’un quatuor de jeunes trentenaires cultivés, aujourd’hui, à Paris. Le quartier est celui des Olympiades, dans le 13e arrondissement, avec ses tours très hautes, autour desquelles la caméra plane. Derrière chaque fenêtre, des gens vivent, mangent, dorment, font l’amour, espèrent.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.