lundi, août 8, 2022

le photographe Bernard Plossu explore les musées de Bordeaux

Le photographe Bernard Plossu a parcouru cinq Musées de Bordeaux pour capter l’ambiance des lieux et des objets. Il y a réalisé des photos « poétiques et sobres » de l’aveu de l’auteur, qui portent leur mystère.  Elles sont exposées jusqu’au 10 août. 

Infatigable voyageur, toujours avec son célèbre appareil photo Nikkormat, et son objectif 50 mm. Cette fois, c’est dans les musées de Bordeaux que Bernard Plossu a capté ses images et laissé libre-court à sa poésie. « J’ai tout fait en noir et blanc, pas de couleur  » explique-t-il. 

Bordeaux a choisi le célèbre photographe pour laisser un témoignage de cinq musées de la ville. « J’aime bien photographier les musées. On s’est dit que ce serait intéressant de faire ça à Bordeaux. »

Bordeaux, justement, une ville qu’il connaît bien, qu’il aime.  » Je suis attaché à Bordeaux. » 
Alors quand la saison culturelle s’est dessinée, baptisée Résonances, le projet a vu le jour, proposé par son amie Nathalie Lamire Fabre, directrice de la galerie « Arrêt sur l’image ». Les photos y sont exposées ainsi que sur les grilles du jardin public de Bordeaux.
 

Les photos de Bernard Plossu sont présentées à la galerie « arrêt sur l’image », 45 cours du Médoc à Bordeaux.

© Claire Morin

Les photos de Bernard Plossu, immersion dans les musées de Bordeaux, exposées sur les grilles du jardin public

© Stephan Thieblemont

Des musées mystérieux et poétiques

Alors qu’ils étaient fermés, en février 2021, le photographe arpente les musées de la ville. Un univers très singulier, seul parmi tous ces objets et ces oeuvres. « Les musées étaient vides, ce qui était assez commode pour un photographe. »
Il explore donc toutes les salles des cinq lieux : Musée d’Aquitaine, Musée des arts décoratifs et du Design, Musée des Beaux-Arts, Museum d’histoire naturelle et CAPC.
« Toutes les salles des cinq musées avec l’ambiance que j’aime dans les musées, les couloirs, les escaliers, j’aime bien les musées comme lieu en général.  » confie le photographe qui a parcouru la planète et vécu notamment aux Etats-Unis et au Mexique, un habitué des déserts. 

Tous les musées ont quelque chose de poétique en soi. Entre le passage d’une pièce à l’autre… Il y a un côté mystérieux dans un musée qui rend bien en photo. Il y a un côté métaphysique aussi. On passe d’une porte à l’autre, on arrive à des surprises chaque fois. 

Bernard Plossu – photographe –

Ces photos sont donc le regard porté sur une variété d’objets, parfois malicieux, parfois tendre ou surréaliste. « Passer d’un musée avec des tableaux très beaux, après un musée avec des animaux empaillés, après un musée avec de la poterie. C’est ça qui m’a beaucoup plu, c’est la variété des cinq musées. « 

Ce ne sont pas des photos spectaculaires mais poétiques et sobres. 

Bernard Plossu – photographe –

Témoigner de  » la beauté de mon pays »

Bernard Plossu est un éternel marcheur et itinérant, « toujours animé par l’envie » confie-t-il. A 13 ans, en 1958, il voyage au Sahara avec son père et réalise ses premières photos. A 20, ce sera le Mexique puis la liste est longue des pays traversés.  » Tout m’intéresse, ça fait une trentaine d’années que je vais partout en France. De Bordeaux à Lille, de Strasbourg à La Rochelle, je n’arrête pas de sillonner la France en faisant des photos. C’est pour faire un projet un peu pharaonique sur la beauté de mon pays. La raison de ce gros travail, c’est que j’ai passé pratiquement toute ma vie à vivre à l’étranger. J’ai vécu aux Etats-Unis, j’ai vécu au Mexique, en Andalousie. Je suis un peu comme quelqu’un qui finalement avec l’âge revient au pays et se rend compte qu’il y a plein de choses magnifiques, tout bêtement là d’où il était parti. » 

Un attachement particulier à Bordeaux

Bernard Plossu expose et séjourne régulièrement à Bordeaux dont il parcourt aussi les rues. Une ville, une région qu’il aime car les idées y foisonnent. »Y a pas mal de choses qui m’attirent. Bordeaux faisait partie de tout ça parce que j’admire beaucoup l’architecte Jacques Hondelatte, qui était un architecte de ma génération, qui était Bordelais et qui a influencé beaucoup d’architectes contemporains. J’aime beaucoup faire référence à lui. J’ai aussi des très bons rapports avec un plus jeune architecte de Bordeaux qui est Christophe Hutin que je vois chaque fois que je viens. Il y a aussi un intellectuel à Bordeaux qui s’appelle Francis Lippa que j’aime beaucoup voir. Il y a une femme écrivain qui est Annelise Roux, donc il y a 10 000 raisons de venir à Bordeaux. Littérature, architecture, il y a vraiment tous les métiers. « 

Dune du Pilat et Bidart au Pays basque, des destinations parmi les prochains objectifs du photographe, inlassablement sur la route avec son appareil. Bernard Plossu ne tardera pas à revenir en Aquitaine. En juillet prochain, il participe à une exposition attendue à Agen en Lot-et-Garonne, en hommage à Louis Ducos du Hauron, inventeur de la photo couleur en 1877. Vernissage le 2 juillet. 

Le musée d’Aquitaine vu par Bernard Plossu, photo exposée sur les grilles du jardin public de Bordeaux.

© Stephan Thieblemont

Un livre des 35 photos inédites réalisées dans les musées de Bordeaux et le territoire de la ville est édité aux éditions confluences. 

Un projet, initié par Nathalie Lamire Fabre, directrice de la galerie « Arrêt sur l’image »qui nous décrit le travail de Bernard Plossu > 

durée de la vidéo: 01 min 21

Bernard Plossu a photographié Bordeaux – Il expose à la galerie « Arrêt sur l’image »

 

De Lumière et d’Art, Bernard Plossu dans les Musées de Bordeaux

du 10/06/2021 > 10/08/2021

BERNARD PLOSSU à la Galerie Arrêt sur l’image galerie & grilles du jardin public

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.