mardi, août 9, 2022

“Il ne faut ni s’en remettre totalement au hasard, ni vouloir l’abolir pour se rencontrer”

SPÉCIAL RENCONTRE (1/11) – Après “Les Vertus de l’échec”, le philosophe explore comment naît la rencontre dans son nouveau livre “La Rencontre, une philosophie”. Qu’elle soit toxique ou bénéfique, elle nous transforme. Pour lui, c’est dans l’altérité que nous forgeons notre identité.

Il est l’un des essayistes français les plus traduits au monde, il est aussi l’un des plus médiatiques. Charles Pépin, agrégé de philosophie et prof dans l’âme, intervient régulièrement sur les ondes et les écrans : cet été, il anime Sous le soleil de Platon sur France Inter (du lundi au vendredi, à 10h), après avoir été chroniqueur dans des émissions de France 3 ou d’Arte. Cheveux mi-longs, chemise en jean et chaussettes fluo, ce garçon de 48 ans y défend chaque jour une philosophie facile d’accès, « pratique, existentielle et intime ».

Ce même esprit l’habite dans ses (très) multiples autres activités. Animation de conférences et de séminaires, production d’un podcast sur Spotify, écriture d’essais, de romans et même de bandes dessinées : La Planète des sages ou 50 Nuances de Grecs, conçus avec Jul, dessinateur non moins populaire, retracent avec malice l’histoire des idées et des mythes. Son dernier livre, sorti en janvier, s’intitule La Rencontre, une philosophie. Charles Pépin y explique en quoi il est salutaire de fuir nos conforts identitaires.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.