mercredi, août 17, 2022

Il est temps de changer toutes les figures politiques de premier plan

Khalil Baraoumi : Il est temps de changer toutes les figures politiques de premier plan

Changement, réforme, révision… ont été le leitmotiv de l’ancien membre du bureau exécutif du mouvement Ennahdha et chargé de la communication du parti, Khalil Baraoumi. Invité de Midi Show du 2 août 2021 sur Mosaïque FM, il est revenu sur le motif de sa démission et a dressé un état des lieux du paysage politique actuel appelant à une réforme de fond en comble. 

M. Baraoumi a, rappelons-le, quitté son poste de responsable de la communication et de membre du bureau exécutif d’Ennahdha en signe de protestation contre la politique des dirigeants du mouvement et leur déni face à la grogne populaire. 

« Les priorités de la classe politique ne s’alignent pas avec celles du peuple », a-t-il indiqué notant que la problématique est la même au sein de tous les partis politiques : avancer en puisant dans l’idéologie et non suivant des programmes. 

Selon M. Baraoumi, le danger réel vient, d’ailleurs, de la relation entre les politiciens et le peuple. A son sens, la Tunisie a besoin de gens qui s’alignent avec la voix de la rue pour être capables de conduire la prochaine étape. 

« Il est temps de changer toutes les figures politiques de premier plan », a-t-il lancé soulignant la nécessité de rompre avec le passé mais dans un cadre démocratique et dans le respect des libertés. 

Revenant sur les attaques contre les locaux d’Ennahdha le 25 juillet, il a estimé que la grogne populaire était dirigée contre le parti islamiste de par sa position en tant que premier parti dans le pays. 

Il a, cependant, signalé qu’Ennahdha était un élément clè du paysage politique mais pas forcément dominant. « La loi électorale n’a pas permis à Ennahdha de gouverner seul. C’est ce qui a poussé le parti dans la création de coalition. D’ailleurs, la joie des gens vient du fait qu’aujourd’hui une seule personne est aux commandes », a-t-il ajouté admettant que le mouvement islamiste était en partie responsable de la crise actuelle. 

Interpellé sur la disparition de Abdelkarim Harouni de la scène, Khalil Baraoumi a indiqué qu’il n’avait aucune information à son sujet notant que celui-ci devrait présenter des excuses et que toute la direction du parti devrait se remettre en question. 

 

N.J. 

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.