lundi, août 8, 2022

“En Pologne, un langage ouvertement fasciste est utilisé pour parler des homosexuels”

Dans son dernier film, “Le Procès de l’herboriste”, actuellement en salles, la cinéaste polonaise s’est intéressée à l’histoire vraie du phytothérapeute tchèque Jan Mikolásek. Un personnage complexe, proche du pouvoir. Et homosexuel, et à ce titre aussi persécuté lors d’un retentissant procès.

En s’intéressant au pouvoir des plantes dans la Tchécoslovaquie des années 1950 dans Le Procès de l’herboriste, en salles cette semaine, la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland tourne aussi son regard vers le présent et l’intolérance qui monte dans les pays de l’Est. Rencontre.

Dans Le Procès de l’herboriste, vous abordez de façon sérieuse et documentée la question du pouvoir des plantes. L’herboristerie vous intéresse ?
Les gens qui cherchent hors des voies ordinaires m’intéressent, dans le domaine de la médecine aussi. Le problème de la médecine officielle, aujourd’hui, c’est qu’elle est très peu holistique. On ne regarde pas la personne, on regarde les organes, on ne soigne pas l’être humain mais la maladie. Les patients se sentent souvent perdus, infantilisés, abandonnés. Le Covid est devenu le symbole de cette médecine scientifique avec les malades qui sont morts dans un isolement complet, privés de contact avec leur famille. Aujourd’hui comme hier, les gens veulent être sauvés et les médecines parallèles représentent un espoir énorme. Mais c’est aussi, bien souvent, le domaine des charlatans.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez à l'affût - Recevez les nouvelles quotidiennes dans votre boîte de réception.