VIDÉO. Cet artiste peint ses toiles avec… une tronçonneuse !

Vendée

Pays de la Loire

L’engin attrape la peinture avant de la projeter, puis, dans un mouvement maîtrisé, Sam Grégoire caresse la toile afin de gratter la couleur. Il a reconverti sa tronçonneuse en pinceau de peintre ! Notre accord en vidéo.

Vivez le Festival Interceltique :
Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Sam Grégoire nous a donné rendez-vous sous le pont du déluge, en forêt de Mervent, en Vendée. “Vous allez voir, la lumière est belle et l’atmosphère assez exceptionnelle”.

C’est ici que l’ancien élagueur a prévu de nous dessiner une toile, à la tronçonneuse. Quelques aplats de couleurs au couteau et le voici qui démarre la tronçonneuse.

L’idée d’utiliser cet outil m’est venue en voyant la lubrification de la chaîne. Les élagueurs savent très bien de quoi je parle. On voit l’huile qui sort du guide. Je me suis dit qu’en mettant de la peinture, ça pourrait faire un truc intéressant

Sam Grégoire

sculpteur peintre à la tronçonneuse

L’homme est singulier, tout comme l’outil qu’il utilise pour peindre ses toiles. Sam Grégoire est sans conteste un sculpteur. Derrière ses muscles et sa machine pointe un esprit vif et une grande sensibilité.

La tronçonneuse est le prolongement de mon bras.

San Grégoire

sculpteur peintre

Le tournant a lieu en 2018, quand la commune de Mouilleron-Saint-Germain lui demande de réaliser, sur un moulin, le visage géant de Georges Clémenceau pour célébrer le centenaire de la libération de la première guerre mondiale. « Ça m’a beaucoup touché de faire ce visage. C’était un pari. Je me suis dit: soit le projet passe et je continue, soit ça ne passe pas et j’arrête tout !” Pari réussi !

En 2021, il réalise le visage géant de Victor Hugo. “ Ce qui m’intéresse, c’est d’explorer et développer tout ce qu’il est possible de faire avec une tronçonneuse. Dans mes peintures, j’essaie d’avoir une totale maîtrise. Il y a plusieurs paramètres:  la vitesse, le grattage et d’autres outils que j’ai élaborés pour peindre à la verticale.”

Inspiré par Claude Monet, Andy Warhol ou Léonard De Vinci, Sam Grégoire affirme n’être qu’au début de son art. Il a déjà réalisé plus de 500 toiles. Et s’il avoue avoir du mal à s’en séparer, il accepte désormais d’en vendre certaines. Un site internet dédié devrait être opérationnel courant septembre de cette année.

Retrouvez ici, intégraux nos témoignages et accords 

Articles récents

Articles connexes