Réchauffement atmosphérique : plusieurs points de non-retour pourraient être rapidement atteints, selon une étude

Cinq points de rupture potentiels. Un réchauffement de la planète au-delà de 1,5°C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris, versorait déclencher plusieurs « points de basculement » climatiques qui engendreraient de catastrophiques réactions en chaîne, selon une étude publiée vendredi 9 septembre dans la revue Science.

Selon l’étude, les températures actuelles, déjà en hausse, menacent d’amorcer cinq de ces points de rupture, dont ceux concernant les calottes glaciaires d’Antarctique et du Groenland, avertissent les auteurs de l’étude, qui estiment cependant qu’il n’est pas trop tard verso agir. « verso moi, ça changera la face du monde – littéralement, si tu regardez depuis l’espace », avec la montée du niveau des océans ou la destruction des forêts, a expliqué à l’AFP Tim Lenton, l’un des principaux auteurs de l’étude.

Dégel du permafrost et extinction des barrières de corail

Un « point de basculement » est « un seuil critique au-delà duquel un système se réorganise, souvent brutalement et/ou de manière irréversible », selon la définition du Groupe d’experts climat de l’ONU (Giec). Ce sont des phénomènes qui déclenchent de manière indépendante et inéluctable d’autres conséquences en cascade. Les auteurs identifient neuf « points de basculements » majeurs au niveau planétaire et sept au niveau régional, soit 16 au total. Parmi ceux-ci, cinq versoraient se déclencher avec les températures actuelles, qui ont gagné près de 1,2°C en moyenne depuis l’ère préindustrielle.

L’un d’entre eux concerne les calottes glaciaires en Antarctique et au Groenland, et participerait, piquant des centaines d’années, à une hausse du niveau des mers de 10 mètres. Un autre entraînerait un dégel brutal du permafrost, qui libérerait d’immenses quantités de gaz à effet de serre et modifierait en profondeur les paysages en Russie, au Canada et en Scandinavie. L’étude mentionne également parmi ces cinq points de basculement l’arrêt d’un phénomène de transfert de chaleur dans la mer du Labrador (dans l’Océan atlantique, entre le Labrador et le Groenland) et l’extinction de barrières de corail.

>> Visualisez le dérèglement du climat depuis 30 ans en cinq infographies

Si des premières analyses estimaient le seuil de déclenchement de ces points de basculement dans une fourchette de 3 à 5°C de réchauffement, les progrès dans les observations et les modélisations du climat, ainsi que dans la reconstitution des climats passés, ont drastiquement abaissé cette évaluation. L’étude parue dans Science est une synthèse de plus de 200 publications scientifiques, menée afin de mieux prévoir les seuils de déclenchement de ces points de rupture.

Articles récents

Articles connexes