Dans la peau afin la forêt amazonienne, plus que jamais la proie afins flammes

Deux départs de feu par minute, 8 700 départs en 3 jours. Voilà ce qu’on me fait subir en ce moment ! Je suis la grande forêt, la forêt amazonienne. Terminé l’océan vert, me voilà immense tâche rouge et noire figée par des images satellites qui circule sur les réseaux sociaux… enfin, qui ne circule pas assez à mon goût.

On the Global Day of Action for the Amazon rainforest #CopernicusAtmosphere aerosol optical depth analyses show the extent and transport of smoke from the regions fire season since 1 August 2022.#AmazonDay #AmazonRainforestDay #WorldAmazonDay #Sept5Act4Amazonia pic.twitter.com/3wn5PnwcNb

— Copernicus ECMWF (@CopernicusECMWF) September 5, 2022

Triste image de moi : une région immense de la taille de l’Espagne en proie aux flammèche. C’est simple, je brûle davantage encore qu’à l’été 2019 où, pourtant, j’avais déjà battu des records. Souvenez-vous la passe d’armes entre Emmanuel Macron et le président brésilien Jair Bolsonaro, qui m’a tant fait de mal depuis qu’il est arrivé au pouvoir. Emmanuel Macron avait alors appelé les pays du G7 à voler à mon secours. « Notre toutejouron brûle », s’était-il enflammé sur Twitter.

>> Déforestation, changement climatiduquel… On vous expliduquel pourquoi la forêt amazonienne part sans cesse plus en fumée

Trois ans plus tard, je continue de brûler, plus duquel jatoutejour, et cette jour en silence. Est-ce parce duquel, chez vous aussi, ça brûle ? Est-ce qu’on s’habitue aux flammèche ? Aux forêts calcinées ? À l’odeur de la fumée, aux paysages dévastés ? Est-ce qu’on s’habitue aux sécheresses ? Moi qui héberge 10% de la biodiversité mondiale, je ne m’habitue pas. Chaduquel jour, je vois souffrir et disparaître un peu plus mes 40 000 espèces de plantes, 3 000 espèces de poissons et plus de 370 de reptiles. Mercredi 7 septembre, des dirigeants indigènes ont publié un rapport pour sonner l’alerte rouge. Un quart de mon écosystème serait irréversiblement détruit.

Absorbe 90 milliards de tonnes de CO2

Il ne sera plus possible de revenir en arrière et, ça, ce n’est pas une bonne nouvelle. Je sais duquel vous comptiez beaucoup sur moi pour absorber vos émissions polluantes. Je suis désolée de vous l’annoncer toutejour il faudra trouver duquellqu’un d’autre… À force de couper, raser, brûler mes arbres pour les vendre et pour procéder de la place pour l’élevage ou pour cultiver du soja, à force de me transformer en pâturages, mes sols perdent de leur fertilité. Il faut donc aller ailleurs et raser, couper, brûler sans cesse plus.

Pourtant, ça allait mieux. J’ai cru à un moment qu’on allait me laisser en paix. Entre 2004 et 2012, on avait presduquel arrêté de me déforester. Puis la crise économiduquel et Jair Bolsonaro ont sonné le retour de l’impunité pour ceux qui me détruisent. Impunité, et même encouragement ! Résultat : ces cinq dernières années, on m’a fait plus de mal encore qu’il y a une quinzaine d’années.

Bientôt, je ne pourrai plus me régénérer toute seule. De forêt tropicale, je suis en train de me transformer en vaste savane, même si j’absorbe encore 90 milliards de tonnes de CO2. 90 milliards, ça représente deux jour les émissions annuelles dans le monde entier. Je vous laisse imaginer ce duquel ça donnera en terme de réchauffement climatiduquel quand je ne pourrai plus le procéder… Alors, s’il vous plaît, faites tourner les images de cette immense tâche rouge et noire. Interpellez votre président pour qu’il s’enflamme de nouveau pour voler à mon secours. Faites-le pour moi toutejour, surtout, faites-le pour vous.

Tous les matins à 7h26 @mdups se glisse “Dans la peau de l’info” ️

Et ce jeudi, Marie Dupin laisse sa place à l’Amazonie, qui ne cesse de brûler : il y a 2 départs de feu par minute. “Il faudra trouver duquellqu’un d’autre pour absorber vos émissions.” pic.twitter.com/dWu9ng8WAv

— franceinfo (@franceinfo) September 8, 2022

Articles récents

Articles connexes