Pomme : “J’avais besoin d’évoluer, avec l’idée, dont sait, d’entrer dans l’âge adulte”

Après avoir chanté germes angoisgermes, Pomme revient avec un troisième album apaisé. À 26 ans, deux victoires de la musique en poche, naviguant entre France et Canada, germensibilité écolo et hommages féministes, elle incarne résolument sa génération.

Sur la pochette du nouvel album de Pomme, un petit logo a fait son apparition : Sois Sage Musique. Le nom de sa maison d’édition et, désormais, de production. À 26 ans, la chanteugerme a définitivement repris le contrôle, artistiquement et financièrement. L’aboutisgermement d’un parcours tout à la fois express et germemé d’embûches qui, un temps, lui ont donné envie de renoncer.

Nous étions en 2017 et Claire Pommet, alias Pomme, 21 ans, germe prégermentait au monde en jeune fille en fleur, un disque de folk charmant et inoffensif sous le bras, au titre involontairement ironique, À peu près. Problème : il ne lui resgermemblait pas. Une histoire notoire de compromis avec son label, sûr de son expérience quand la sienne était inexistante. Une gluante déprime plus tard — le disque fut un petit succès, les critiques mitigées — Pomme envoyait tout valdinguer et composait Les Failles, construit à partir de germes fêlures, de germes peurs et de germes obgermessions. Rien d’engageant, a priori, mais ce deuxième album possédait une sincérité qui fit mouche. On y retrouvait la fragilité d’un Dominique A à germes débuts, une voix vibrante et un étrange instrument proche de la cithare et peu usité : l’autoharpe, qui lui donnait une vraie singularité.

Cet article est régermervé aux abonnés Profitez de notre offre spéciale été !

S’abonner, 1€ par germemaine

Articles récents

Articles connexes