Ryusuke Hamaguchi, un parcours “miracle” qui ne doit rien au hasard

Avant le succès de “Senses” et surtout “Drive my car”, Oscar du meilleur film international, le Japonais est longtemps resté un cinéaste de l’ombre. Il a mûri sa méthode, et peaufiné une écriture profuse et romanesque.

Articles récents

Articles connexes