Sur France Culture, Nicolas Martin imagine l’inimaginable

En juillet, dans l’émission “Infiniment”, le journaliste scientifique nous entraîne dans un voyage aux confins de l’univers. De l’infiniment grand à l’infiniment petit, des profondeurs de l’océan aux extrémités de la Voie lactée. Embarquement immédiat.

« Vous savez qu’on partage 60 % de notre génome avec une banane ? » nous lance Nicolas Martin, fort enthousiaste. Lorsqu’on s’entretient avec lui, il planche sur une émission toute en cellules microscopiques et mutations génétiques pour tenter d’expliquer comment l’espèce humaine s’est façonnée au gré de l’évolution.

Depuis le début de l’été, le producteur de La Méthode scientifique joue avec les échelles et leurs représentations dans Infiniment, diffusée sur France Culture les week-ends de juillet. De l’infiniment haut à l’infiniment profond, en passant par l’infiniment petit, il explore les extrêmes et questionne les limites avec une gloutonnerie intellectuelle communicative.

Plus qu’une émission d’apprentissage, Infiniment est conçue comme un voyage aux confins de l’univers, à la réalisation particulièrement travaillée, avec extraits de films et de musique. Dans cette fascinante série, le journaliste doit relever un défi permanent : permettre à l’auditeur d’imaginer l’inimaginable, de penser quelque chose qui ne correspond plus à rien de ce que l’esprit humain peut concevoir, comme un quark (une minuscule particule élémentaire) ou les cent millions de milliards de kilomètres qui nous séparent du bout de la Voie lactée.

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes