La loi de relance conomique sert les intrts des contrebandiers !

 

Le député du Front populaire, Mongi Rahoui a critiqué la couverture médiatique consacrée à la loi de relance économique. « Les partisans de cette loi ont eu plus accès aux médias que ceux qui s’y opposent », a-t-il déploré. « Les médias doivent faire attention à la gestion de ce genre de question » , a-t-il poursuivi.

 

Invité de l’émission Midi Show sur les ondes de Mosaïque FM, Mongi Rahoui a rappelé que cette loi a été refusée à maintes reprises. « Elle a été proposée par Béji Caïd Essebsi dans le cadre de la loi de réconciliation nationale. Puis, la commission des finances l’a également proposée à l’occasion de la loi de finances de 2016. Ensuite, la commission des finances de l’ARP l’a rejetée à deux reprises en 2017 et 2019 », a-t-il déclaré.

Mongi Rahoui a expliqué qu’en 2019, l’ensemble des députés membres de la commission des finances se sont opposés à la loi de relance économique en raison des règlements des infractions de change qu’elle propose. « Cette loi sert les intérêts des contrebandiers et du marché parallèle de devises », a-t-il considéré. L’élu soutient même que ces derniers auraient fait pression pour faire passer la loi.

Mongi Rahoui a, également, considéré que cette loi est bénéfique pour les personnes ayant transféré leurs fortunes à l’étranger ou détenant des biens non-déclarés. Ces derniers, selon lui, ont vu leurs fortunes à l’étranger s’accroître à travers le marché parallèle des devises ou en trafiquant des factures. « Ces actes portent atteinte à l’intérêt national et leurs auteurs ont enfreint la loi », a affirmé le député.

 

Mongi Rahoui a, aussi, expliqué que ces personnes devront faire face à la loi relative à l’échange d’informations. « Celle-ci permettra à la Tunisie d’acquérir les informations portant sur les biens et fortunes de Tunisiens à l’étranger à travers la mise en place d’une liste », a-t-il précisé. Or, la loi de relance économique offre une échappatoire à toutes sanctions possibles, a estimé le député. « La loi de relance économique consacre l’impunité puisque les bénéficiaires recevront un quitus fiscal », a déploré Mongi Rahoui.

 

 

Face aux citoyens et aux entreprises tunisiennes qui payent leurs impôts selon la législation en vigueur, les bénéficiaires de la loi de relance économique bénéficieront d’un traitement de faveur. « Leurs fortunes ont augmenté suite à la baisse de la valeur du dinar face aux devises étrangères. Les valeurs de leurs biens à l’étranger ont, également, augmenté au cours des dernières années » , a-t-il affirmé.

Mongi Rahoui a, aussi, estimé que ces personnes n’échapperont pas à la loi puisque la législation en vigueur peut être révisée à n’importe quel moment. « Une nouvelle majorité peut se former au niveau de l’ARP. Elle pourrait envisager de changer les lois et aller même jusqu’à confisquer des biens », a-t-il déclaré.

Concernant l’amnistie fiscale surles avoirs en liquide, le député a considéré que cette disposition s’applique aux contrebandiers, aux commerces parallèles et à ceux qui n’effectuent pas les déclarations d’employeur auprès de la CNSS.

Enfin, Mongi Rahoui a appelé à la mise en place de mécanismes et outils de suivi et d’observation des transactions en devises en Tunisie.

 

S.G

 

Articles récents

Articles connexes