Bertrand Chameroy viré à son tour d’Europe 1

Le chroniqueur, qui collaborait à la station depuis 2015, avait pourtant signé un nouveau contrat pour la prochaine saison.

Il était « l’atout Cham’ » (titre de sa chronique) de la matinale d’Europe 1 — et officiait aussi dans Culture médias, sur la même chaîne. Mais le charme de Bertrand Chameroy ne semble plus agir au sein de la station, tout récemment passée sous la coupe de Vincent Bolloré. Le chroniqueur, ancien membre de Touche pas à mon poste, sur C8, vient (selon les informations des Jours) de se faire évincer des ondes, et ce alors qu’il avait déjà signé un contrat pour la saison prochaine. Son nom s’ajoute à la liste déjà longue (Pascale Clark, Anne Roumanoff, Matthieu Belliard…) de ceux qui ne seront plus dans la nouvelle Europe 1, davantage axée CNews – Dimitri Pavlenko et Laurence Ferrari s’y feront une place.

Habitué à offrir sur un ton humoristique ses réflexions sur la légalisation du CBD ou la location de personnes obèses au Japon, Bertrand Chameroy s’était livré le 18 juin à un subtil exercice de style, filant la métaphore entre l’histoire d’une boîte de nuit (à l’occasion de leur réouverture) et celle d’Europe 1. Sur une musique sautillante, il pointe alors le changement d’un « lieu mythique, avec ses valeurs, son esprit », « une carte des cocktails plus amère », une « guest list comportant de nouveaux noms ». Il termine de façon prémonitoire, décrivant parfaitement l’état d’esprit actuel de ses collègues : « Ceux qui chantaient trop fort sur la piste se sont fait sortir par le vigile, ils ont découvert qu’on pouvait avoir la gueule de bois sans avoir picolé. »

Europe 1 : Lagardère entérine l’influence Bolloré, les salariés alertent l’opinion Radio & Podcasts Elise Racque 6 minutes à lire

Articles récents

Articles connexes