“Jamais personne ne m’avait complimentée sur ma voix”

Sur la station musicale, elle distille tout au long de la journée des informations culturelles, des billets de cinéma. Pourtant, son arrivée à la radio serait selon elle, le fruit du hasard… Un parcours qui lui révèle peu à peu l’effet que produit sa voix particulière.

Depuis près de vingt ans, sa voix joliment timbrée résonne sur l’antenne de Fip. Tout en douceur, Susana Poveda accompagne les auditeurs de France et de Navarre dans leur journée, distillant des informations culturelles avec humour et humeur. Le dimanche soir, elle leur parle aussi cinéma dans Certains l’aiment FIP, une balade dans l’univers musical d’une figure du septième art. Cette fois-ci, c’est dans son petit monde radiophonique qu’elle nous entraîne.

Pourquoi la radio ?
On a le droit de parler de hasard ? Hasard d’une rencontre qui me fait recruter comme attachée de production à France Bleu, hasard d’un bruit de couloir selon lequel Fip ferait un casting de voix, hasard de monter dans leurs locaux alors situés au troisième étage porte F de la Maison de la radio et de tomber sur une des personnes de l’administration qui, sans le savoir, m’a permis d’y croire. « Vous devriez essayer, vous avez une jolie voix. » Jamais personne, absolument personne, ne m’avait complimentée sur ma voix. Mon seul souvenir, c’est un prof en prépa qui faisait toujours l’appel le nez plongé dans sa liste d’élèves et à chaque fois que c’était mon tour, au moment où je répondais « présente », il levait le nez comme s’il entendait des voix justement. Je me suis dit : « C’est drôle, on dirait qu’elle fait son petit effet. »

Cet article
est réservé
aux abonnés

alors, on sort!

Festival, expositions, Cannes, Avignon…
Vibrez tout l’été au rythme des grands rendez-vous.

  • Tous les événements Télérama et partenaires
  • Tous les articles et critiques
  • 3 comptes à partager avec vos proches

Je m’abonne pour 1€ / mois tout l’été

Articles récents

Articles connexes